Géologie en bref

Un site d’intérêt géologique

Le territoire proposé par le Géoparc de Percé est très intéressant d’un point de vue géologique car il regroupe différentes périodes géologiques et différents phénomènes. On y retrouve des roches d’origine sédimentaire qui se sont formées, pour la plupart, il y a des centaines de millions d’années.

Le Rocher Percé est sans aucun doute le site emblématique du Géoparc. Mondialement connu, il a contribué à faire la notoriété du village de Percé. Chaque année, 400 000 visiteurs qui viennent le voir et le photographier. L’Île Bonaventure, qui accueille la colonie de Fous de Bassan la plus accessible au monde, est également emblématique alors qu’annuellement, 100 000 visiteurs prennent le bateau pour aller la visiter.

En plus de ces deux sites emblématiques, de nombreuses richesses géologiques s’offrent au public à Percé. Il est possible de voir des roches qui témoignent de différentes étapes de la formation du bouclier canadien et de la péninsule gaspésienne. Cinq périodes géologiques distinctes sont visibles dans le Géoparc : Le Cambrien (542-489 Ma), l’Ordovicien (489-443 Ma), le Silurien (443-418 Ma), le Dévonien (418-359 Ma) et le Carbonifère (359-299 Ma).

Il est ainsi possible d’y observer tout un contexte de failles qui ont déplacé les roches et mis en contact des formations rocheuses d’âges très éloignés. Il est aussi possible de voir les effets de l’érosion sur la roche (notamment sur le Rocher-Percé), de découvrir du haut du mont Sainte-Anne la géomorphologie particulière du cœur de Percé ou encore, de voir des vestiges de l’histoire géologique de la région (fossiles, marques glaciaires, etc.).

 

Description géologique générale

 

La région de Percé est au coeur d’une grande chaîne orogénique, appelée Orogène appalachien, qui couvre le versant Atlantique du continent nord-américain (Figure 9). Cette chaîne orogénique s’est formée en plusieurs phases successives de plissements, de fractures et de soulèvements, entre la fin du Précambrien (vers 600 Ma) et la fin du Paléozoïque (vers 250 Ma), c’est-à-dire sur une période de près de 350 millions d’années.

Depuis sa formation, et mis à part les événements magmatiques et tectoniques liés à l’ouverture de l’Atlantique au Jurassique et au Crétacé, le segment québécois de cette chaîne a été soumis à l’action érosive des éléments dont l’activité récente (quelques dizaines de milliers d’années) a façonné le paysage que l’on voit présentement.

Pour reconstituer l’histoire géologique de la région de Percé, le géologue dispose des archives rocheuses anciennes qui le renseignent sur la nature des
roches, la paléogéographie des milieux de dépôts, la tectonique et l’âge des roches (consolidées ou meubles). Le géomorphologue utilise les formes du terrain et les sédiments récents qui témoignent de l’activité des agents d’érosion qui ont modelé le relief actuel.

Le territoire du Géoparc de Percé est particulièrement riche en archives rocheuses (roches et fossiles) et en formes de terrain variées qui témoignent
de son passé ancien et récent. Dans plusieurs sites, les roches sont suffisamment bien exposées pour qu’on puisse y déchiffrer et y illustrer cette histoire géologique.

Géologie régionale

La région de Percé appartient à la province géologique des Appalaches du Québec qui s’étend au sud du Saint-Laurent, de la frontière américaine jusqu’au Îles de la Madeleine. Les Appalaches du Québec sont limitées au Nord par un ensemble de failles, appelé faille de Logan. Entre le Bouclier laurentidien (ou Bouclier canadien) et la faille de Logan, s’étend la Plate-forme du Saint-Laurent, une séquence de roches sédimentaires paléozoïques, donc de la même époque que celles des Appalaches, mais relativement peu déformées.

SOURCES: UQAR, Géoparc de Percé